Notre histoire

caroline

Accepter d’utiliser une canne est un passage difficile.  C’est admettre qu’on a besoin d’aide pour se déplacer, pour se stabiliser et surtout, c’est dire aux autres qu’on ne bouge plus aussi vite qu’avant.  

Comme tout le monde, j’ai retardé au maximum le moment d’utiliser une canne.  Pour me décider, il a fallu durant la même semaine que je sois à un doigt de me faire frapper et qu’un midi, je me retrouve bloquée en plein milieu du boulevard René-Lévesque.

J’ai donc acheté ma première canne à 36 ans et devant le piètre choix, j’ai opté pour la moins laide, un modèle de couleur noire à la Charlie Chaplin.  C’était le seul type de canne qui me permettait d’aborder avec un peu d’humour son arrivée dans ma vie.

Aujourd’hui encore, je me demande pourquoi le choix est toujours aussi pauvre tandis que pour les lunettes, il existe une vaste gamme de montures allant des plus classiques aux plus excentriques.  

C’est avec cette idée en tête que je me suis mise à la recherche d’une canne dont je serais fière; un bel objet utilitaire qui se marierait à mon style et veillerait à me garder debout. Je ne l’ai pas trouvée, alors j’ai décidé de la concevoir moi-même selon les trois caractéristiques qui m’importaient :

Style + Stabilité + Sécurité

La 3S a pris forme et tant qu’à innover on en a profité pour inventer une poignée ergonomique offrant un maximum de contrôle pour un minimum d’effort.  On a aussi choisi de changer la forme du bâton afin qu’il soit bien visible, élégant et en bois véritable. On vous présente notre première collection de neuf modèles qui veut célébrer en beauté la force de caractère de ceux qui restent debout ! 

Au plaisir de vous accueillir dans notre communauté,

Caroline

 
fr